1st performance of 'Of Gauls and Gaels' at Jazz Sous Les Pommiers festival went well...

 

 

Thanks so much Gilles, Benjamin and Gildas for sharing their skills in putting the music together. And also to the various staff and volunteers in Coutances who facilitate the whole shebang so well.

The review (in French) reads pleasingly -

 

On peut légitimement se méfier des "créations" mises sur pied en assez peu de temps à la demande d’un festival qui se terminent souvent le nez dans les partitions avec une tension compréhensible. On a connu des exemples décevants dans le passé. 
Un écueil évité par le quartet réuni autour du saxophoniste, flûtiste et joueur de cornemuse Fraser Fifield. L’écossais est venu avec un projet reposant en grand partie sur des mélodies traditionnelles (donc relativement simples) en misant essentiellement sur la mise en forme, l’orchestration, le traitement sonore de chaque pièce. Dans un esprit souvent assez proche de la rock-music "celtique", le quartet a su s’inventer un son et libérer son énergie sans trop de retenue. Une complicité, une certaine connivence même, semble s’être installée entre les trois français et l’écossais. Benjamin Flament (vibraphone) et Gilles Coronado (guitare) évoluent dans des univers proches et les connections entre eux étaient faciles à établir. Gildas Etévenard (batterie) est aussi un habitué des interactions entre improvisation et musiques traditionnelles dans sa collaboration avec le saxophoniste hongrois Akosh S., ce qui lui a permis d’être rapidement à l’aise dans ce contexte. 
Par sa maîtrise des instruments traditionnels (sa flûte - une sorte de fifre grave - et la cornemuse) assortis d’un dosage mesuré des effets électroniques, Fraser Fifield crée une atmosphère envoûtante où s’insinuent les sonorités du vibraphone utilisé "façon Flament" (ce Benjamin est désormais un grand spécialiste de l’instrument !) et la guitare rockaillante d’un Gilles Coronado très à l’écoute et inspiré. La métrique est fixée avec autorité et souplesse par un batteur qui manie habilement les effets de couleurs métalliques par le recours à diverses percussions. 
Un très beau travail qui explore des voies originales tout en restant parfaitement accessible aux oreilles curieuses et disponibles. Il serait dommage de ne pas poursuivre sur la voie qui se dessine. Espérons que...

On peut légitimement se méfier des "créations" mises sur pied en assez peu de temps à la demande d’un festival qui se terminent souvent le nez dans les partitions avec une tension compréhensible. On a connu des exemples décevants dans le passé. Un écueil évité par le quartet réuni autour du saxophoniste, flûtiste et joueur de cornemuse Fraser Fifield. L’écossais est venu avec un projet reposant en grand partie sur des mélodies traditionnelles (donc relativement simples) en misant essentiellement sur la mise en forme, l’orchestration, le traitement sonore de chaque pièce. Dans un esprit souvent assez proche de la rock-music "celtique", le quartet a su s’inventer un son et libérer son énergie sans trop de retenue. Une complicité, une certaine connivence même, semble s’être installée entre les trois français et l’écossais. Benjamin Flament (vibraphone) et Gilles Coronado (guitare) évoluent dans des univers proches et les connections entre eux étaient faciles à établir. Gildas Etévenard (batterie) est aussi un habitué des interactions entre improvisation et musiques traditionnelles dans sa collaboration avec le saxophoniste hongrois Akosh S., ce qui lui a permis d’être rapidement à l’aise dans ce contexte. Par sa maîtrise des instruments traditionnels (sa flûte - une sorte de fifre grave - et la cornemuse) assortis d’un dosage mesuré des effets électroniques, Fraser Fifield crée une atmosphère envoûtante où s’insinuent les sonorités du vibraphone utilisé "façon Flament" (ce Benjamin est désormais un grand spécialiste de l’instrument !) et la guitare rockaillante d’un Gilles Coronado très à l’écoute et inspiré. La métrique est fixée avec autorité et souplesse par un batteur qui manie habilement les effets de couleurs métalliques par le recours à diverses percussions. Un très beau travail qui explore des voies originales tout en restant parfaitement accessible aux oreilles curieuses et disponibles. Il serait dommage de ne pas poursuivre sur la voie qui se dessine. Espérons que...

http://www.culturejazz.fr

 

I look forward to reporting back what the next step for the group will be. I'd like to schedule some gigs closer to home for this, so fingers crossed. 

All the best for now,

Fraser 

 

 

 

  • Leave a comment:

  •